Une électrisante musicienne éclectique!

Reg’ARTS d’ici  – Juin 2018 

INGER WOEST

Une électrisante musicienne éclectique!

 

Le début d’entrevue est souvent l’inévitable impression qui réside à l’esprit de l’intervieweur. J’étais convaincue dès les premières minutes de notre rencontre que l’énoncé sur la page d’accueil de ingerwoest.com décrivait parfaitement l’électrisante musicienne. « La vraie liberté consiste à faire ce que nous redoutons le plus. Allez de l’avant, et vous trouverez la vie[1]

Lorsque j’ai demandé à Inger de m’expliquer cette phrase dans ses mots, elle a répliqué du tac au tac : «La vraie liberté de la vie; c’est la musique!»… Quelques secondes se sont écoulées dans un silence complet puis, elle a levé la tête, m’a regardée avec son large sourire communicatif et a fait un signe d’approbation, convaincue de ce qu’elle avance.

Femme-orchestre, harpiste, guitariste classique, chanteuse folk-rot en passant par le rock’n’roll, cette éclectique instrumentiste-interprète m’a littéralement jetée en bas de ma chaise. Inger respire la vie pour la musique, et ça se sent à plein nez. D’ailleurs, je dirais même plus : Obélix n’est plus l’unique personnage à être tombé dans la potion magique dans son jeune âge; Inger aussi a sûrement trempé à son tour dans le chaudron.

De par sa nature, elle sait charmer son interlocuteur par le charisme, le dynamisme, et l’aplomb qu’elle dégage. Mieux encore, lors de nos discussions, elle écoute sagement, toujours 100 % présente. J’imagine que la musique prête cette sensibilité, que plusieurs d’entre nous ont reléguée aux oubliettes par les temps qui courent.

Sans aucune prétention, elle parle de sa formation et de ses réalisations, un peu comme on chante une mélodie en sound healing. Experte dans son domaine, son parcours déborde d’expériences des plus enviables. Après avoir réalisé des études au Conservatoire de musique de Montréal, elle a obtenu un baccalauréat en musique de l’Université du Québec à Montréal. Musicienne professionnelle, elle s’est produite sur plusieurs scènes de renom entre autres à la radio et à la télé de Radio-Canada. De plus, Inger est récipiendaire de nombreux prix dont celui de finaliste au prestigieux Festival international de la chanson de Granby en 2002.

Cinq ans plus tard, elle donne un coup d’envoi à un projet d’album  Wild Woman, travail de composition et d’arrangements musicaux de sa propre plume. Cette publication vient d’une influence autre que celle de sa formation académique. Présentant un son teinté de la musique des années soixante-dix, on y écoute plusieurs styles : folk, rock et ballades.

Avec le temps et la sagesse, Inger place ses diplômes et ses distinctions au second rang de sa vie professionnelle. Son bagage classique lui sert de moins en moins, car aujourd’hui l’essence et les acquis du Conservatoire ne correspondent plus du tout à sa façon d’être. La guitariste-harpiste me confie que l’évolution de sa musique l’a amenée vers une meilleure vie. Sans chercher à comprendre, aujourd’hui elle veut faire entendre les notes qui émanent d’elle plutôt que de jouer les partitions traditionnelles. L’époque des longues heures de formation, de pratique avec orchestre classique est révolue. Présentement son engagement musical se tourne vers une touche beaucoup plus soft et inspirante afin d’amener les gens vers la détente intérieure et l’évasion du quotidien. «C’est ma contribution pour aider les autres. Je veux m’accorder avec autrui en jouant l’inspiration du moment.» 

Son arrivée à Bromont en 2003 a été une question de choix et de valeurs  familiales. Elle souhaitait se rapprocher de son père afin de profiter de  bonnes années avec lui. Elle décide alors de fonder son école de musique :      Guit-Art libre de Bromont. Non seulement cette académie se consacre à l’enseignement instrumental et à celui du chant, mais berce aussi d’autres formes d’arts afin de donner un coup de pouce à son patriarche (décédé en 2017) pour l’exposition de ses toiles.

Depuis plus de quinze ans, cette Bromontoise se consacre à  transmettre sa passion à la relève régionale. Des centaines d’élèves jouent du Inger Woest, chantent, et parlent d’elle comme d’une des pionnières de la musique et du chant à Bromont.

Eh bien! pour moi,  je demeure sur ma première impression, et  me remémore son large sourire communicatif et les notes enivrantes de sa guitare électrique.

Inger Woest

 Inger Woest et Trisha Pope en spectacle,   

 dimanche 12 août 2018 – 11h15

au Centre Culturel St-Matthew

101, Place de la Mairie, Stukely-Sud, Québec

 

logo_stukely

ingerwoest.com

 

 

[1] Élizabeth Kürbler, ingerwoest.com, 2018.